Inscription Connexion

Connexion

Pas encore de compte ?

Inscription
Inscription Connexion

Blog et articles vidéos

Tous les articlesMentalOrganisation de jeuRevue de presseTechnique

Interview mental – Romain NARDIN

Par Arthur

Bonjour à tous, je suis Jeremy SEGALA, le coach mental de la plateforme de Julien Rqt, voici la première interview sur le thème du mental avec un joueur pro de tournoi live et Online.

Ce mois ci, Il s’agit du joueur Romain Nardin, le premier joueur à avoir atteint le milliard de jetons sur WINAMAX en 2017.

Salut Romain, je tiens à te remercier de bien vouloir te prêter au jeu de l’interview pour nous dévoiler comment tu gères ton quotidien de joueur de Poker Pro. Ma première question est assez basique Romain, comment vas-tu aujourd’hui ?

Écoute je vais très bien je te remercie, pour être franc avec toi, je suis dans un moment de ma vie ou les choses se passent vraiment bien autant du côté personnel que professionnel. Je me sens bien dans ma tête et je suis en confiance avec mon jeu en ce moment.

C’est top d’entendre ça, depuis combien de temps est-ce que tu es dans le poker ?

En fait je connais les règles depuis 12 ans maintenant, mais j’ai commencé réellement le poker à 18 ans. Je suis passé pro environ 1 an après et ça fait aujourd’hui 7/8 ans que je gagne ma vie grâce au poker.

Comment tu vis la vie de joueur pro ?

C’est une expérience vraiment sympa à vivre, j’ai appris avec le temps à être plus structuré moins dépendant de mon état émotionnel. J’ai toujours eu tendance à adopter un jeu en fonction de ce que me réservait la vie. Les évènements plus ou moins heureux se sont fait ressentir sur ma qualité de vie et de joueur. Gérer mes émotions c’est quelque chose que j’avais du mal à maitriser ce qui n’est plus le cas ou beaucoup moins aujourd’hui et c’est essentiel pour durer en tant que pro. Il faut constamment savoir se remettre en question pour progresser et évoluer.

Qu’est ce qui te plaît dans le poker ?

Depuis petit, j’ai toujours aimé les jeux de stratégie et je pense que pour les gens dans ce cas c’est assez logique de se tourner naturellement vers le poker à un moment donné dans leur vie. Ce qui me plaît le plus c’est de pouvoir m’organiser comme je le souhaite, me faire le plan de ma journée, décider de mes jours de repos, décider de l’endroit où je vais vivre, c’est une chance de pouvoir être son propre patron et de ne s’imposer que les contraintes que l’on veut vivre finalement !

Quel est ton/tes objectifs en ce moment ?

Mon objectif principalement c’est d’être heureux dans la vie. Hors poker,  je cherche à perdre du poids me sentir bien et trouver une stabilité. Pour la partie poker, mon objectif c’est d’être toujours meilleur jour après jour et pour ça j’essaie de faire preuve au maximum d’écoute envers les personnes qui me tirent vers le haut. L’adaptation doit être constante, c’est très important je pense pour progresser.

Comment tu prépares tes sessions live et online ?

Je vais découper la réponse en deux étapes, mais l’une de mes règles essentielles consiste à ne pas jouer dans la précipitation et/ou sous stress.

Online: J’ai besoin d’être détendu pour avoir les idées claires et me concentrer. Pour être dedans et faire la transition entre mon activité pré- session et la session, je vais me vider la tête en regardant des vidéos que ce soit poker ou sur des thèmes différents. Ce petit moment m’aide à me poser et laisser les éventuelles contrariétés ou autre en dehors de ma session. Une fois que j’attaque je suis dans mon jeu et rien d’autre, ce qui m’offre une bonne concentration et une bonne réflexion. 

Live: Comme je ne veux pas de stress mais que le live n’est pas hyper propice à regarder des vidéos pour se détendre ou vider mon esprit, je vais faire une session sport et depuis peu de la méditation/relaxation. En combinant les deux je peux mieux gérer mon rythme cardiaque et mes émotions. Ce ne sont pas des sessions de sport crevantes mais dynamisantes pour me sentir bien et me focus, le but ce n’est pas d’arriver en PLS au tournoi et avoir la tête ailleurs !

Qu’est ce qui est essentiel de faire selon toi ?

Pour moi dans les deux cas, il est essentiel et indispensable d’arriver à un tournoi ou de commencer une session online la tête vide. Retirer les éléments extérieurs au jeu qui pour moi seront parasitaires. On reste des êtres humains et on passe de bonnes et de mauvaises journées, mais il faut savoir mettre tout ça dans un tiroir de son cerveau le temps nécessaire.

Quelle est ta plus grosse perf en Live et plus grosse perf online ?

Online: Victoire du Colossus 10€ sur Winamax en Janvier 2017 avec un field de 60k joueurs pour 50K à la win.

Live: Victoire du tournoi The Poker One à Malte avec un field de 670 joueurs pour 75k à la win.

Tu peux nous raconter comment s’est passé ton tournoi Colossus de 2017 ?

Ce tournoi je l’ai lancé dans ma session car il était incroyable : prizepool field etc…, j’avais évidement plusieurs tournois en même temps et le plan que j’avais pour ce tournoi c’était de passer tout simplement le Day 1. Sur un tournoi énorme sur 3 jours. Le Day 1  la priorité n’est pas de monter un stack de fou. J’ai préféré me concentrer sur un jeu ABC pour passer cette première étape. D’expérience je sais bien que jouer très aggro sur un Day 1 où l’ensemble des joueurs fera la même chose va juste me faire spew et mettre plusieurs cartouches pour pas grand-chose de plus. Je suis finalement passé au Day 2 avec 10 BB ce qui était pas fou en soi mais on était là.

Le Day 2 c’est un peu différent car on est dans l’argent mais il n’est pas encore question d’ICM et il faut en être conscient. Ma stratégie sur le Day 2 est clairement de préparer mon Day 3, c’est le jour pour monter un stack et je choisis un style de jeu un peu plus risqué et stratégique pour y arriver (ça reste des risques maîtrisés, pas des gamble claqués !).

Pourquoi je fais ça sur le Day 2: Mon analyse c’est qu’il n’y a pas de gros écart d’argent entre le début et la fin du Day 2, c’est un tremplin pour le Day 3 qu’il faut prendre du mieux possible. Cette stratégie a payé car je termine ce deuxième jour avec 70BB et je suis top 10.

Le Day 3 on est encore une centaine de joueurs, pas encore d’ICM mais personne ne veut bust à ce moment-là. Sur ce dernier jour ma stratégie est de mettre la pression sur les stacks intermédiaires. Arrive un moment, où plus les joueurs bust plus l’ICM vient ajouter un facteur de pression sur les joueurs, il devient vraiment indispensable alors de choisir ses spots et de bien prendre le temps de réfléchir aux décisions que l’on prend. Toutes les décisions que je vais prendre seront en fonction de mon stack et du stack adverse, garder cet axe de réflexion m’a permis de monter beaucoup de jetons sans subir de désillusion. J’ai toujours eu un stack qui me permettait de mettre la pression pour minimiser la variance et aller très peu au showdown.

Après quelques heures de jeu, j’ai enfin atteint la TF où je suis 3e/7 en jetons. Pas longtemps après le début, je double sur le 2ème ce qui me fait passer énorme mais toujours second en stack. Lorsqu’on s’est retrouvé à 4 j’ai fait la différence sur un coup contre le CL qui a tenté un bluff (Il a surement tenté de mettre la pression due à l’ICM), j’ai quasi doublé sur lui ce qui m’a fait passer CL de loin avec 5x le stack du second. (La main sera dévoilé par Julien et Romain lors d’une vidéo spéciale review de ce tournoi). Avec mon stack,  j’ai mis la pression ce qui m’a permis de grind  et de devenir le premier joueur de l’histoire de Winamax à dépasser le Milliard de jetons !

Comment s’est passé le HU, tu te dis quoi à ce moment-là ?

En fait c’était un HU compliqué car le joueur en face était bon et je me retrouve « Card Dead » pendant un petit moment ce qui ne m’a pas aidé… J’ai tenu bon je suis resté focus malgré ça, c’était important de ne pas s’éparpiller ou de lâcher. C’est finalement un set up qui a clôturé l’affaire, gros soulagement et énorme sentiment de joie. J’ai eu pas mal de soutient de la part de mes potes qui suivaient la fin du tournoi, c’était intense à vivre beaucoup de chose se passent quand la pression retombe, c’était un flow d’énergie incroyable.

Peux-tu nous résumer émotionnellement ce que tu as vécu pendant ce tournoi ?

Dans ma tête j’ai vécu le tournoi très simplement, j’étais en session comme d’habitude pas plus de 10 tables parfois 12 au max pour avoir le temps de prendre des décisions, faire le moins d’erreur possible et éviter trop de pression. J’ai mis mes pauses à profit comme à chaque fois pour marcher, fumer une clope, essayer de m’aérer un peu car nous n’avons que 5 minutes et comme beaucoup d’autres passer par la case toilettes. Je suis surtout resté cohérent dans ma stratégie de jeu et mes décisions. Je ne le dis pas parce que j’ai gagné le tournoi mais parce que c’est important de suivre son raisonnement et d’être en accord avec les choix que l’on fait au poker. Qu’on soit gagnant ou perdant si c’était la bonne décision c’est important de le savoir et de l’accepter. C’était un marathon de concentration car j’ai joué 3 jours d’affilés pendant plusieurs heures et à la fin les enjeux peuvent te faire déjouer… il faut savoir surmonter ça en tenant compte du paramètre stack ICM dans les décisions et ne pas craquer.

Comment tu vas décrocher du poker après une session ?

D’une manière assez simple en fait, je me fais un film ou une série avant d’aller me coucher pour pas m’endormir avec le poker en tête.

Comment est-ce que tu bosses ton jeu et ton mental ?

Pour le jeu, je vais principalement voir des vidéos de joueurs meilleurs que moi, il y a beaucoup de contenu disponible sur internet. Le but étant de comprendre le fond du contenu , les processus de réflexions et ne pas juste appliquer bêtement. J’échange aussi beaucoup avec des potes dans le but d’avoir plusieurs raisonnements (amis et groupes de discussion) je fais également beaucoup de review. En ce qui concerne le mental j’ai un coach sportif et mental qui m’aide à me canaliser et à me structurer.

Comment tu gère les mauvaises sessions mentalement ?

Je relativise beaucoup, j’essaie de voir ça sur un ensemble, comme chacun le sait lorsqu’on parle poker on parle de long terme. C’est contre intuitif sur le court terme mais nécessaire sur le long terme, ça me permet de gérer les périodes de variance.

Au contraire comment tu vas gérer une session gagnante sur le moment et après ?

Je fais exactement la même chose je ne m’emballe pas, j’essaie de ne pas tomber dans l’euphorie et prendre de mauvaises décisions liées à la win que je viens d’avoir.

Que fais-tu pour évacuer le stress au quotidien ?

Ma copine m’aide pas mal. Elle comprend bien ce que je fais, c’est un plus car j’ai son soutien et c’est très important pour moi. À côté de ça le sport me défoule pas mal quand même, comme je le disais avant ça me permet de me canaliser et donc d’évacuer le stress tout comme la méditation.

Comment arrive tu as être pleinement concentré dans ce que tu fais ?

La concentration j’arrive à l’atteindre et la maintenir en baissant mon rythme cardiaque le plus bas possible, cela me permet d’être calme et lucide. Je mets de côté les réseaux sociaux, je ne réponds quasiment jamais lorsque je joue. Il m’arrive aussi de mettre de la musique ou un fond sonore en fonction des sessions. Mon but est d’enlever toutes distractions nuisibles, c’est là que je peux être pleinement focus.

Dernière petite question Romain, qu’est-ce que tu donnerais comme conseil à un joueur qui souhaite progresser ?

Il faut être objectif sur son niveau de jeu. Lorsque l’on raconte une histoire ou un coup, ça ne sert à rien de modifier l’histoire et les détails comme les sizings, les positions etc… pour passer pour quelqu’un qui ne fait pas d’erreurs. Tout le monde fait des erreurs même les plus grands joueurs, le poker n’est pas encore un jeu résolu. Il est inutile de s’en cacher, accepter ses lacunes permet de progresser dans le cas contraire, on stagne.

Eh bien merci beaucoup Romain pour ta participation à cette interview, on te retrouve bientôt aux côtés de Julien pour une vidéo review de ton tournoi Colossus. Je te souhaite de passer une bonne journée et beaucoup de réussite aux tables ! 

.

Copyright © - Julien Rouquet, 2018