Inscription Connexion

Connexion

S'inscrire | Mot de passe perdu?

Pas encore de compte ?

Inscription
Inscription Connexion

Blog et articles vidéos

Tous les articlesMentalOrganisation de jeuRevue de presseTechnique

Roy : it’s good to be the king !

Par FRÉDÉRIC BLUM

Aujourd’hui on fait à nouveau la part belle au monde associatif avec la découverte du champion en titre de la dernière finale C.N.I.C : Arnaud Roy. Adhérent au “Les drôles du Marais” en Charente Maritime, il habite Courçon un agréable petit village situé entre La Rochelle et Niort. 41 ans, prof de maths en collège, il nous raconte sa finale 2019.

FB : Pour débuter, comment as-tu découvert le poker ?

Arnaud : J’ai découvert le poker grâce à un pote avec lequel on avait l’habitude de partager sorties nocturnes, belote, tarot, pétanque, palet et tout autre type de jeux… En 2007, il me dit qu’il s’est mis au Texas Hold’em et qu’il adore du coup je m’inscris direct sur Everest Poker et joue en play money. Dans les mois qui suivent, on découvre qu’un club de poker vient de s’ouvrir à La Rochelle, la LRP, donc on y va et depuis je n’ai pas cessé de jouer à ce jeu.

C’est un jeu stratégique, contrairement aux autres jeux de cartes :  en enchaînant les saucisses et sans rien toucher, on peut quand même prendre des jetons en analysant l’attitude, les tells des autres adversaires. Je joue aussi on line mais ce côté relationnel humain est primordial pour moi et manque beaucoup ces derniers mois : on a tous hâte de reprendre en live.

FB : le poker, sport ou jeu ?

Arnaud : Pour moi c’est un sport à part entière, sport intellectuel et psychologique plus que physique même si pour faire un tournoi sur plusieurs jours, il faut être au top physiquement. Sinon on lâche psychologiquement. Moi qui ai fait pas mal de sport collectif dans ma jeunesse, je retrouve cet état d’esprit lors du CNEC. C’est pour ça que ça reste ma compétition préférée du CdC. Et quand on la gagne c’est un moment d’émotion incomparable : partager cela avec des potes c’est fou 😉

FB : Parle nous de ton club avec son “drôle” de nom 

Arnaud : Les Drôles du Marais… Pourquoi un tel nom ? En charentais les drôles sont les enfants et comme nous sommes à la porte du marais poitevin, c’était un petit clin d’oeil aux « enfants du marais ». On a monté le club en 2016 avec trois potes car on ne se retrouvait plus dans nos clubs respectifs. L’associatif Ok, mais nous voulions de la convivialité avant tout et limiter le nombre de personnes aux clubs. Nous ne cherchons pas de licenciés à tout prix et voulons créer une famille plus qu’un club, chose qui commence à venir petit à petit. Nous sommes maintenant un peu plus de 20 licenciés et nous nous retrouvons tous les jeudis soirs. On essaie de jouer un maximum de sng car notre objectif est de prendre du plaisir lors du CNEC…

FB : Et cette finale 2019 alors ?

Arnaud : La finale CNIC, qui reste bien gravée dans ma mémoire… J’ai joué quelques-unes des finales CNIC pour deux petites places payées je crois, aux alentours de la 30e place…Et la quand je vais à Pornic, je dis à ma femme que cette fois je vais ramener le titre. Première fois que je lui dis ça en pas loin de dix participations. Un signe !!!!

On arrive le vendredi soir dans une maison que l’on a loué à huit avec des joueurs d’autres clubs et on commence la préparation physique. C’est la finale du championnat de France mais ça reste avant tout une fête et un moment de partage avec les copains 😉

Couchés tard, levés tôt et le samedi matin on est partis jouer cette finale. Premier objectif que je me fixe, passé le day 1 avec environ 200k. Au début pas de prise de risque, ça ne sert à rien. Je monte tranquillement jusqu’au moment où je brelante mes 6 floppé contre un joueur serré à qui je prends la moitié de son stack.

FB : Un tournant ou coup décisif en particulier ?

Arnaud : Je suis à la moitié de l’objectif des 200k et il reste trois rounds et de nouveaux joueurs arrivent à la table et c’est là que je vais jouer le coup décisif de mon tournoi. Je décide de call sur un joueur aggro de Redon qui arrive juste mais que j’ai déjà joué plusieurs fois au CNEC. Je défends KJ en BB et sur un board Qjx x x je call son 3 barrel bluff et je passe à 200k. Prise de risque certes, mais je pense que c’était le seul joueur de la table sur lequel je pouvais me permettre ce genre de call. On assure la fin du day 1 et on rentre à la maison.

FB : Le day2 ?

Arnaud : Sur le day 2, je commence parfaitement en sortant deux joueurs assez rapidement avec KK. J’ai mis une pression de malade ce qui, une fois la bulle éclatée, m’a mis chip ou deuxième stack. A 30 left, comme les dernières fois ou j’avais fait Itm au CNIC, je fais un call moisi avec AQ pour la moitié de mon stack. Là c’était contre 99 mais le joueur a réussi à me faire tilt en faisant tapis à toutes les mains. Après avoir pris l’air, je me suis assis à la table en me disant que je ne pouvais pas passer à côté de la TF cette fois. Quelques « yalaaaaaaahhhhhhh » plus tard on se retrouvait à la bulle TF. Puis tapis payé avec 77 contre AK contre un joueur très compétent… ça tient ! Go en TF 😉

FB : La table finale ?

Arnaud :  En TF, nous étions trois joueurs actifs, Damien de Saintes et Farid d’Apt. Chaque joueur attend ce moment où il ouvre AA. Et là c’est LE Spot. Je suis 3bet par mon voisin de gauche que l’on a peu vu, 4bet shove de Damien ! Je mets tout aussi et mon voisin paie les deux tapis ! AA pour moi KK pour mon voisin et AK pour Damien. Ce dernier out, ça va mieux pour moi car il me cassait un peu les pieds 😉 On se retrouve quelques mains plus tard à trois dont Farid, autre joueur assez agressif. Je finis par le sortir dans un énième combat de blinds avec AQ chez moi AJ chez lui.

FB : Enfin le Hu tant attendu ?

Arnaud :  Oui et il fut interminable. Je n’arrivais pas à trouver la stratégie pour le mettre en difficulté sachant que je passais à travers tous les boards mais pas lui. Enfin devant, je paie son tapis avec K6, et touche mon roi ! K6 est un hommage à un de mes potes, Nico 11e, resté à me supporter jusqu’au bout de la nuit. Sur le coup, j’ai du mal à réaliser que j’ai enfin gagner ce CNIC ! Après quand je vois le nombre de messages reçus de joueurs de ma région pour me féliciter, je me rends compte que cette victoire est aussi celle de tous ceux que j’ai croisé dans nos opens ou TIC ! Quelle fierté ! Voir le regard des enfants le lendemain matin qui me disent “T’as gagné Papa, t’es champion de France ;-)”. Ce sont des moments inoubliables et je suis un vrai compétiteur. Quand je m’inscris à un tournoi ce n’est pas pour faire deuxième. Deux CNEC et un CNIC mais toujours envie de les rejouer 😉 Que c’est bon le poker associatif.

FB : Un retour sur les package win ?

Arnaud : Je n’ai pas fait de performance financière mais les moments passés à Las Vegas resteront à jamais gravé dans mon esprit. Une semaine de folie où on en prend plein les yeux, surtout pour une première fois. PMU prend en plus le plus grand soin de nous. Rien que pour ça, j’ai envie de gagner en novembre le prochain CNIC. La semaine Florida m’a permis de passer un bon moment en Espagne. Ma femme et mes deux enfants ont adoré.

En ce qui concerne le FPO, c’est toujours un bonheur de jouer ce genre de tournoi. Belle enceinte et superbe structure. Je sors en fin de day 1 en m’étant bien amusé. Pour moi c’est l’essentiel 😉 Le jour où je ne m’amuse plus au poker, je raccroche les cartes !

.

Copyright © - Julien Rouquet, 2020